Brentuximab vedotin et chimiothérapie dans le lymphome de Hodgkin

La combinaison de brentuximab vedotin et de doxorubicine, vinblastine et dacarbazine est plus efficace que la polychimiothérapie doxorubicine, bléomycine, vinblastine et dacarbazine dans le traitement des patients atteints d’un lymphome de Hodgkin avancé, et elle s’accompagne d’une toxicité pulmonaire moindre. Telle est la conclusion de Joseph Connors et al. à l’issue d’une étude randomisée internationale de phase III, dont les résultats ont été publiés dans le New England Journal of Medicine.

Le schéma de traitement classique du lymphome de Hodgkin (doxorubicine, bléomycine, vinblastine et dacarbazine, ABVD) n’a pas ou pratiquement pas été modifié depuis son introduction en 1975. Pourtant, plus de 30% des patients qui présentent un lymphome de Hodgkin de stade III ou IV finissent par développer une maladie réfractaire ou récidivante après ce traitement. La bléomycine, qui peut s’accompagner d’une toxicité pulmonaire, est souvent supprimée des schémas de chimiothérapie. Des études récentes suggèrent qu’une adaptation du traitement basée sur des résultats de PET-scan intermédiaires pourrait permettre d’adopter une approche plus individualisée. Par ailleurs, des travaux portent également sur l’ajout de nouveaux médicaments aux schémas existants, dans l’espoir d’optimiser l’efficacité et de limiter la toxicité.

Des chercheurs utilisent notamment le CD30, un antigène de surface exprimé sur les cellules de Reed-Sternberg dans le lymphome de Hodgkin classique. Le brentuximab vedotin est un anticorps monoclonal anti-CD30 lié à la monométhyle auristatine E. Il est déjà utilisé dans le traitement du lymphome de Hodgkin réfractaire ou récidivant.

Le New England Journal of Medicine a publié récemment les résultats d’ECHELON-1, une étude randomisée internationale de phase III qui a comparé la combinaison brentuximab vedotin + doxorubicine, vinblastine et dacarbazine (A+AVD; n = 664) avec le schéma ABVD (n = 670) chez des patients atteints d’un lymphome de Hodgkin de stade III ou IV. Le critère d’évaluation principal était la survie sans progression modifiée (progression de la maladie, décès ou réponse incomplète et nécessité d’un traitement anticancéreux ultérieur). Le critère d’évaluation secondaire le plus important était la survie globale. Après un suivi médian de 24,6 mois, la survie sans progression modifiée à 2 ans était de 82,1% sous A+AVD contre 77,2% sous ABVD (p = 0,04). 28 décès ont été relevés sous A+AVD contre 39 sous ABVD (p = 0,20). Tous les critères d’évaluation secondaires pointent également en faveur du traitement A+AVD. Une neutropénie a été observée chez 58% des patients sous A+AVD contre 45% sous ABVD. Une neuropathie périphérique est survenue chez 67% des patients sous A+AVD contre 43% dans le groupe ABVD. Une toxicité pulmonaire de grade 3 ou plus a été constatée chez moins de 1% des patients sous A+AVD contre 3% sous ABVD. Dans le groupe A+AVD, 7 décès sur 9 ont été associés à une neutropénie. Dans le groupe ABVD, 11 sur 13 ont été accompagnés d’une toxicité d’ordre pulmonaire.

Joseph Connors et son équipe soulignent que les résultats de l’étude ECHELON-1 revêtent une importance particulière parce qu’ils suggèrent que la combinaison A+AVD pourrait être une option pour les patients âgés, au vu de sa sécurité et de son efficacité au moins équivalentes à celles du traitement ABVD. D’après les auteurs, les patients âgés atteints d’un lymphome hodgkinien avancé constituent un groupe particulier, étant donné l’incidence de l’affection (environ 20% de tous les cas), l’efficacité thérapeutique moindre et la toxicité supérieure, en particulier la toxicité pulmonaire liée à la bléomycine. L’option A+AVD implique une plus grande myélotoxicité et une plus grande neurotoxicité (en grande partie réversible) que la polychimiothérapie ABVD, mais une toxicité pulmonaire substantiellement moindre. Ce schéma semble en outre plus efficace comme traitement de 1ère intention pour le lymphome de Hodgkin classique avancé.

  • Connors JM, Jurczak W, Straus DJ, et al. Brentuximab vedotin with chemotherapy for stage III or IV Hodgkin’s lymphoma. N Engl J Med 2018;378:331-44.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.